L'air de rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'air de rien

Message par Mamz le Dim Sep 30 2007, 17:44



1/Pour commencer, pourrais-tu présenter le groupe, ses débuts ?

L’air de rien est un groupe de chanson cuivrée, composé de six musiciens et trois personnes à la technique (ben, chouchoune et yaya).
Le groupe a véritablement fait ses débuts en studio en août 2002.
Au départ, j’avais dans l’idée d’enregistrer quelques compositions qui me tenaient à cœur et d’inviter quelques copains à me filer un coup de main.
Par rapport à mes projets musicaux précédents, l’idée était de travailler différemment l’écriture, le fond et la place du texte…
Peut-être du fait des lendemains z’amers des seconds tours présidentiels
Nous sommes donc 4 à avoir participé à l’enregistrement d’une « maquette » six titres.
Il y avait donc mes camarades ex Viraccocha, Felipe à la trompette et Romain (actuel dessinateur en chef du groupe) au trombone ainsi que Antoine (membre fondateur de Vrack) à la deuxième guitare.
On a commencé à faire quelques concerts en duo, en trio et en quatuor avant de très vite prendre la décision de fonder un groupe à part entière et d’intégrer de nouveaux instruments.
En janvier 2003, on a attaqué les premières répétitions et les premiers concerts à 7, en accueillant Jean-mi à la basse et à la contrebasse, Xavier à la batterie et Pierre Jean Marie à la clarinette.
A partir de là, tout est allé très vite, les concerts pour les petites assos et dans les bistrots de la région puis la participation à de plus gros concerts et festivals, grâce notamment au tremplin « route 65 » puis à avant mardi.
Ensuite nos avons enregistré (dans l’été 2003) et sorti (début 2004), en autoprod totale, un album éponyme de 14 titres.
L’album est tombé dans les pattes du Tactikollectif qui nous a proposé de coproduire et de distribuer cet album, en y ajoutant des morceaux, en en réenregistrant certains et en changeant le visuel.
C’est à ce moment là que romain est parti poursuivre ses études aux arts décos à paris et que bidouche l’a remplacé.
Le premier album « officiel », « sans commentaires » est donc sorti en décembre 2004.
Cette collaboration avec le Tactik nous a permis de faire parler de nous au-delà de la région, et de jouer de plus en plus loin, comme à la fête de l’huma 2005 à la courneuve, dans le Nord de la France, en suisse…
Puis le Tactikollectif a arrêté de faire de la distribution et a « délégué » à Mosaic, chez qui l‘album « sans commentaires » est ressorti fin 2005, avec une distribution plus « complète »…
C’est la même équipe qui a enregistré le deuxième album « officiel » « luttopie », sorti en novembre 2006, toujours en coprod avec le tactikollectif mais aussi avec abelya…
Le dernier changement, c’est le départ de Felipe, qui est remplacé par Nicolas qui a entre autre enregistré avec Benoît Morel .


2/ Quelles ont été les réactions suite à la sortie de vos différents albums ?

Ben c’est plutôt aux gens qui les ont écoutés qu’il faudrait le demander.
Non, plus sérieusement, les deux albums ont eu un très bon accueil compte tenu du nombre d’années d’existence qu’on a…
Il y a pas mal de gens qui nous connaissent et nous suivent, qui nous manifestent leur intérêt et leur soutien, en achetant les disques et en se déplaçant aux concerts.
Pas mal de radios locales et associatives ont diffusé (et les diffusent encore) nos deux z’albums, et les fanzines et magazines « alternatifs » qui en ont parlé ont plutôt été élogieux.
Même si quelques magazines nationaux comme respect magazine ou francofans ont parlé de nous, il n’y a pas eu d’échos dans la « grande » presse spécialisée.
Pas de diffusion sur France inter et pas d’article dans les z’inrocks ou télédrama non plus…

3/ Un nouvel album en préparation, peux-tu nous en dire plus ?

Ben c’est vraiment les tous débuts d’un processus de composition, de création, de récréation dans l’optique d’un nouvel album de l’air de rien.
Quelques chansons sont déjà « montées » mais pas encore assez pour parler d’un album.
On pense aussi à commencer à faire des captations de concerts en vue d’un live et/ou d’un Dvd…
Par contre on a aussi quelques projets pour 2008 comme la participation à la BO d‘un film où on retrouverait les ogres, dslz …. Ce projet est en cours et c’est enthousiasmant car on forcément devoir écrire et composer différemment.


4/ Peux-tu développer un peu les sujets abordés par vos textes ?

Je n’arrive pas à me mettre devant une feuille et à me dire que je vais écrire sur un thème donné.
La plupart du temps, ça sort tout seul, un peu malgré moi.

Même si je n’aime pas l’étiquette « chanson engagée », il faut reconnaître que la plupart du temps les textes font références à des sujets de société et donc à la politique…
Cependant, j’essaie toujours de le faire en cherchant d’éviter la facilité et les écueils que ce style de textes peut entraîner, comme les slogans de masse faciles à faire reprendre par une foule acquise à ta cause, type « le fn c’est la haine » ou « sarko facho ».
Même si on ne peut qu’être d’accord avec le fond, la forme n’a que peu d’intérêts et je pense pas que ça puisse emmener les gens à changer d’opinion ou à considérer les choses différemment
De plus ça n’a aucun intérêt « littéraire » ou poétique et tout le monde l’a déjà dit…


5/Quelles sont vos influences musicales, cinématographiques et littéraires ?

Les z’influences de chaque membre du groupe sont différentes.
Même si on se retrouve sur pas mal de goûts communs on a tous des z’univers très différents.
Pour l’air de rien ce qui se dégagerait ce serait bien sur des références musicales comme Brassens, Vian et des groupes comme les Ogres, la Tordue, les Têtes raides, pour les films Emir Kusturica, et pour les livres encore et toujours Boris Vian ou alors Cervantès.
Mais les choses ne s’arrêtent pas à ça.
Pour être exhaustif il faudrait parler de références moins z’évidentes comme Gong, Magma, (les) Higelin(s), les Beastie Boys, Miles Davis, Coltrane, Steve Coleman, le free jazz, les Doors, No Means No, Hendrix, Tom Waits, Noir Désir, Bobby Lapointe, Sepultura, Paco Ibanez, RATM, Led Zeppelin, Lars Von Trier, Ken Loach, les monthy pythons, Tony Gattlif, Fellini, Almodovar, Tim Burton, Pierre Carles, Queneau, Ionesco, Garcia Lorca, Bourdieu, Werber, Garcia Marques, Marc Antoine Matthieu, Charlie hebdo … un joyeux bordel, un peu de tout, parfois même des choses à priori inconciliables…



6/Peux-tu nous faire un topo sur la scène de ta région ?

Y’a beaucoup de groupes dans la région toulousaine.
Je sais pas trop comment ça se passe dans les autres grandes villes, mais on sent vraiment qu’il y a une certaine émulsion dans cette région.
Même si la scène, à proprement parlé, a changé, puisqu’il y a moins de petites salles et de lieux alternatifs dans Toulouse, il y a toujours autant de groupes.
On a noué des relations et on apprécie les Vrack, les Malpolis, Bruit qui court, qui sont des groupes 100% toulousains avec qui on essaie d’échanger dés qu’on peut, en s‘invitant sur des plateaux., en s’invitant sur scène…
On appartient pas vraiment à une famille ou à un collectif mais du fait des nos z’amitiés avec le tactiko ou d’autres organisations militantes, on croise souvent les mêmes comme Mouss et Akim, Magyd, KMK, les bombes 2 bal, Sicre…



7/Qui écoutez vous en ce moment ?

Encore une fois ça dépens à qui tu poses la question.
Pour ma part, et en ce moment, je me fais un revival d’Atahualpa Yupanqui, un poète guitariste argentin.
Sinon, on est plusieurs membres du groupe à avoir vu récemment sur scène Loïc Lantoine et à vraiment apprécier.
On connaissait sur album, mais en live c‘est vraiment autre chose et le personnage prend toute sa dimension.



8/Il y a un projet parallèle à L'Air De Rien, El comunero peux-tu nous en dire quelque mots ?

Ben en fait c’est un projet que j’ai en tête depuis un bon moment.
Y’avait déjà cette envie dans la seule reprise en espagnol de l’air de rien, « santa barbara » sur « sans commentaires ».
Sauf que dans le répertoire de l’air de rien elle n’était pas à sa place.
Prenons les choses par le début.
Mon grand-père était un combattant républicain espagnol, communiste et andalou.
Il s’est engagé à 17 ans dans l’armée républicaine et j’ai toujours était fasciné par ses histoires, son histoire et la façon dont il y vécût ses idéaux…
A sa mort, j’ai eu envie de lui rendre hommage en enregistrant des chants de la guerre d’Espagne qu’il m’avait appris et que l’on chantait en famille et en y intégrant des fragments d’enregistrements sonores que j’avais fait de lui.
J’ai commencé à enregistrer dés 2003, tout d’abord tout seul jusqu’à ma rencontre avec M’sieur Kif.
On s’est souvent croisé sur scène avec la Varda ou les croquants et au fil des rencontres je l’ai invité à venir participer à ce projet tout d’abord sur quelques morceaux puis sur tout l’album (jusqu’à l’associer totalement au projet) quand il en a manifesté le désir.
Cette expérience ne s’est pas arrêtée là puisque lorsque nous le pouvons, nous jouons en duo sur scène.
Sur l’album, on a invité pas mal de zicos avec qui on avait envie de travailler comme Jean Paul Roy, bassiste de Noir Des et des Hyènes, Pascalito Rolando, percus des collègues, de Serge Lopez, de Renaud Garcia Fons, Kebous des Hdl et bien sur quelques lairderienneux comme Pierre Jean Marie, Romain, Bidouche, Rémi et Xavier…
L’album est fin prêt mais attend l’éventuel feu vert d’un éventuel label….
Une résidence suivie d’un concert avec tous les participants du projet, plus des expos, plus des débats est prévue courant 2008 en midi pyrénées.
Pour moi, ce projet n’est pas si parallèle que ça puisque le fond du discours est à peu prés le même.
Au-delà de l’hommage à mon grand-père, il s’agit aussi d’un hommage à tous ceux qui luttent ou ont luttés pour des z’idéaux humanistes et révolutionnaires.



9/ Quel est votre statut et comment voyez vous le statut des intermittents évoluer dans le temps ?

Nous n’avons pas tous le même statut dans le groupe.
Certains sont intermittents, d’autres arrivent à ne vivre que de la musique sans avoir le statut, d’autres bossent à côté dont moi.
Je bosse dans le social, un métier d’avenir vu ce qu’on va prendre dans la tête pendant 5 ans.
D’ailleurs, l’enchaînement et la réponse à la deuxième partie de ta question est tout trouvé, vu la place qu’à la culture dans le « programme » présidentiel.
Je vois mal ce que l’actuel gouvernement pourrait proposer de positif vu sa conception des choses.


10/ Votre position face au net et le p2p ?

Encore un fois, on est pas forcément tous d’accord à 100%, ma réponse n’engage donc que moi.
Je trouve tout ça très positif et je pense que c’est ce qui permet la découverte.
Je pense que quelqu’un qui appréciera vraiment ta musique fera l’effort d’acheter le disque pour soutenir le groupe, surtout s’il s’agit d’un petit groupe et d’une bonne découverte…
Pour les autres, les téléchargeurs compulsifs et les curieux, ça permet au moins de te faire « connaître ».
On a souvent mis des morceaux sur le net, en téléchargement libre et intégral.
Pour la compil en ligne sarkotusors avec « l’Atterreur », pour le collectif résistance à la délation avec « Un million d’enfants » , avant même la sortie de l’album, sur notre Monespace où une version inédite, en live de « papi papon » est toujours disponible…
C’est surtout les Majors que ça fait chier, pour le manque à gagner, vu les marges énormes qui sont pratiquées sur les CD des grossistes de la musique…


11/ Pour finir, une pensée ? un coup d’gueule ?

Des coups de gueules y’en aurait trop, vu le programme présidentiel.
Mais ce qu’est à gerber, c’est de constater qu’avec une bonne communication, on a l’impression que tout passe.
Y’a au moins la moitié de l’électorat de sarko qui n’a rien a espérer et a gagner dans cette « vision pour la France ».
En grattant un peu, on s’en rend très vite compte, et on arrive même en discutant à donner des arguments sur lesquels buttent certains sarkozystes cons vaincus.
Pourtant, ils continuent à le trouver charismatique et dynamique (sic) et tous croient, ou veulent croire au retour de l’homme providentiel.
Je persiste à dire que cet homme est dangereux (y’ qu’à voir sa position sur l’Iran), et que les cinq années à venir vont être cruciales.
J’espère pourtant toujours que la gauche (celle des militants pas des appareils) va finir par se réveiller, et que vu qu’elle dort depuis longtemps, elle aura une sacrée patate.

le myspace
le site


(C) Ricky, Live à la fete de l'huma, Septembre 2005

_________________
"C'est pas du chouchenn qui m'a fait pousser,
Mais c'est bien du Calva normand qu'est bon pour mouéééé!"
mortimers a écrit:j'aime la normandie!!!!!!!

"Hors-la-loi, c’est quoi le code ROME ?"
avatar
Mamz
Infirmière en chef

Féminin
Nombre de messages : 55701
Age : 39
Hobby : éventrer des bretons en buvant du calva
Points : 62130
Date d'inscription : 07/09/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.blogamamz.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum