La Ferme africaine

Aller en bas

La Ferme africaine Empty La Ferme africaine

Message par mortimers le Mer Fév 04 2009, 20:25

il me semble en avoir deja parle...enfin pour larak et d'autres...
au moins 10 fois que je le relis...ca me change de temps en temps de mes polars Wink ...trop beau ses mots sur l'afrique et le kenya...pis ca me rappelle un super voyage ou je suis aller dans sa ferme et sur ses terres...
le film out of africa est tire de ce bouquin...superbe film meme si l'histoire d'amour prend enormement de place par rapport au livre. Wink

La Ferme africaine Fermaf10

Résumé pique sur un site du net... out


Qui ne sait pas que La Ferme africaine est une grande histoire d'amour ? Mais, contrairement à ce que laisse supposer le superbe film de Sydney Pollack (Out of Africa), on sait moins que le plus grand amour de Karen Blixen est l'Afrique. Avant même Denys Finch Hatton, le chasseur d'éléphants, cet "homme au coeur pur" qui écoute inlassablement ses histoires, le coeur de Karen Blixen bat pour les splendeurs ocres du continent africain et la noblesse de ses habitants. Pour preuve, les denses descriptions dignes de la plus belle prose poétique et ces curieuses "Notes d'une émigrante" insérées en deuxième partie du roman, carnets d'impressions et de souvenirs qui nous plongent plus profondément encore dans l'âme africaine.

Commentaire :

Au départ cela ne devait être qu'un recueil d'anecdotes de soirées, de " petits tableaux tout à fait véridiques ", de récits de voyages et d'anthropologie. Plus tard cela devint La ferme Africaine.

Les souvenirs de l'écrivain danois Karen Dinesen, baronne Blixen Finecke (1885 - 1962), furent publiés en anglais en 1937. Elle a publié ses livres parfois sous le nom de Isaak Dinensen.

L'auteur, qui a vécu au Kenya de 1914 à 1931, raconte la vie dans sa ferme de culture de café à proximité de Nairobi. C'est une exploitation immense et féodale. La maîtresse, la " m'saba " règne sur elle comme un seigneur du moyen Age, qui aurait toute la largeur d'esprit d'une femme cultivée du XXe siècle.

Intelligence et culture, originalité et fantaisie, récits et souvenirs s'efforcent de dégager un élément capital de la vie de l'auteur : la découverte de l'âme noire.

Elle écrit à ce propos : " Les Noirs, en effet, sont en harmonie avec eux-mêmes et leur entourage, intégrés à la nature……Dès que j'ai connu les Noirs, je n'ai eu qu'une pensée, celle d'accorder à leur rythme celui de la routine quotidienne que l'on considère souvent comme le temps mort de la vie ".


Aimant passionnément la population indigène, Karen Blixen décrit ses mœurs, ses lois, ses habitudes, la forme à la fois mythique et panthéiste de son esprit, et elle se livre à une critique indirecte de la civilisation européenne.

Un thème essentiel dans son œuvre est l'analyse du processus de la décision. Ses personnages se trouvent souvent devant un choix existentiel et c'est elle qui doit trancher pour eux. Les Noirs lui confient le rôle de " serpent d'airain ". Ce rôle est lourd, dépourvu d'agrément. " Le raisonnement des indigènes, écrit-elle, ne procède pas comme le nôtre. Les nègres ressemblent aux races disparues, qui trouvaient tout naturel qu'Odin sacrifiât un œil pour obtenir la perception complète de l'univers ou que le dieu de l'Amour fût représenté par un enfant ignorant de l'amour. […] Le propre de la magie, c'est de marquer à tout jamais celui qu'en fut l'instrument. Peu d'Européens sont aptes à jouer les serpents d'airain, mais le rang et l'importance qui sont attribués aux Blancs dans le monde indigène sont toujours proportionnés aux dispositions qu'on leur reconnaît pour ce rôle ".

La vente de la ferme obligea l'auteur à quitter l'Afrique et à abandonner tout ce qu'elle possédait comme " la rançon de sa vie ". Il y a dans le livre 'exceptionnelles descriptions de paysage et d'admirables pages sur la vie des animaux.

Dans La ferme Africaine, la façon dont sont vues la ferme et sa vie est semblable au point de vue que l'on a du haut des airs, à une telle distance que même les désastres ont la beauté d'un motif. L'étendue de la vision que procure un avion qui survole un pays est un point de vue des plus avantageux. C'est la perspective supérieure que possède l'artiste ou l'aristocrate.

Karen Blixen est une conteuse, et les attitudes chevaleresques qu'elle adopte envers la vie, transforment les souffrances et les tragédies qu'elle a endurées en quelque chose de sublime. Elle transcende son vécu, et tend vers une perception plus riche des choses.

La calme perfection de son style, qui ne s'embarrasse pas de détails, sont le signe que nous avons quitté la gravité des choses pratiques pour atteindre un milieu plus pur, qui offre moins de résistance à l'idéal.

Ainsi pour expliquer comment elle se trouva amenée par ses malheurs à écrire, elle commence avec simplicité : " Tous ces souvenirs étaient une distraction et une consolation lorsque la ferme traversait des moments difficiles ". Cette expression traduit en effet une vérité cachée : une vie entière d'ennui et de solitude ponctuée des brèves visites et des départs précipités de son amant.

Isaak Dinensen fut si réservée dans la Ferme Africaine dans sa description de son amitié avec Denys que l'on ne sait jamais clairement quelle en fut l'exacte nature. Le livre nous amène à penser qu'il y avait beaucoup " plus " que ce qu'elle veut bien en dire et que sa discrétion était motivée par la courtoisie, par une noble timidité. Dans le même esprit de réserve (ou peut-être de méfiance) elle ne voulait pas que Denys sût avec quelle adoration elle parlait de lui dans ses lettres à sa famille ni combien il était essentiel à son bonheur.

La ferme Africaine fut écrit à une époque où son auteur percevait clairement qu'il manquait un sens à sa vie et la terrible catastrophe qui l'affecta, elle s'attache à la réparer de façon sublime.

Peut-être ce choix de sublimation procède-t-il de son fatalisme, de son amour du destin " la fierté […] des desseins de Dieu sur nous, lorsqu'il nous créa ". Fatalisme autoritaire qui s'exprime sous forme de l'honneur grâce auquel elle a le privilège de comprendre les tragédies. " Si un homme a une idée de l'honneur que rien ne peut ébranler, déclara Karen Blixen, il est à l'abri de tout ce qui peut lui arriver ". Le fait qu'il puisse perdre quelque chose à quoi il tient - sa ferme, sa vie, peut-être - n'affectera pas en l'occurrence la valeur de la seule chose qui ait pour lui quelque importance : l'expérience en soi.
mortimers
mortimers
L'élu des élus

Masculin
Nombre de messages : 39510
Age : 2017
Localisation : bzh
Humeur : heureux
Points : 95367
Date d'inscription : 07/09/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mortidesecours.com

Revenir en haut Aller en bas

La Ferme africaine Empty Re: La Ferme africaine

Message par Larak le Jeu Fév 05 2009, 18:42

Merci ! Smile
Larak
Larak
La Bavarde

Féminin
Nombre de messages : 3208
Age : 48
Localisation : Paris
Points : 14705
Date d'inscription : 02/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://everybodyknows.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum